02 mai 2012

Quelques minutes dans les étoiles...

Le 28 avril 2012, le festival Vague de Jazz fêtait ses 10 ans sur la péniche L'improviste. Et l'on s'y bousculait. Professionnels, amateurs et curieux ont pu durant la soirée écouter deux duos très différents, celui formé par la chanteuse Alexandra Katridji et le pianiste Mathieu Bélis, puis l'ovni Elise Caron/Edward Perraud, duo qui ne s'interdit rien et propose une sorte de succession de délires où théâtre et musique font bon ménage. 

Puisqu'elle était agréable, nous sommes quelques uns à avoir prolongé la soirée. Et tandis que les conversations allaient bon train, Alexandra Grimal et Edward Perraud, partant d'un constat des plus simples ("On n'a jamais joué ensemble!") décidèrent d'investir la scène pour y improviser une pièce. Et ce moment, je ne suis pas prêt de l'oublier. Musique incandescente et racée, dialogue constant, sensibilité tangible... Nous avons vu naître une grande complicité entre deux musiciens qui se connaissaient à peine. Je ne sais pas combien de temps cela a duré. Peut-être une vingtaine de minutes. Mais ces minutes là n'ont pas de prix. Sans enjeux ni préméditation, la musique est allé au-delà de la simple expression artistique. Car si les deux musiciens partagent un idiome, et probablement des affinités esthétiques, le drumming protéïforme d'Edward Perraud et le phrasé brûlant d'Alexandra Grimal ont été vecteurs de poésie, de sentiments. Au point de les bouleverser eux-mêmes. Ainsi que nous, cela va sans dire.




2 commentaires:

JL a dit…

Merci pour ta chronique...

Kent a dit…

Pour n'avoir "que" vu la vidéo de ce bel instant, effectivement c'était du grand art !