03 novembre 2010

Louis Sclavis, Craig Taborn et Tom Rainey - "Eldorado Trio"


Louis Sclavis : Clarinette Basse, Saxophone Alto

Craig Taborn : Piano

Tom Rainey : Batterie




Bien que ses affinités musicales l’amènent à retrouver régulièrement certains compagnons de route (Bruno Chevillon, Marc Ducret, Henri Texier, Daniel Humair, Maxime Delpierre, Michel Portal, François Merville…), Louis Sclavis prend plaisir à confronter sa musique à celle de musiciens dont les univers multiples l’obligent à redéfinir de façon quasi-systématique la direction qu’il donne à son œuvre. Sa rencontre avec Craig Taborn et Tom Rainey, qui partagent avec lui un goût prononcé pour la prise de risques, est un nouveau crochet sur son chemin des écoliers.

Il eut été dommage de ne pas prendre le temps de faire ce petit détour, car les paysages qu’il nous fait traverser valent leur pesant d’or.

Quand bien même la composition est douce et aérée, leurs échanges, mus par une volonté collective de bousculer l’autre, chargent l’interprétation d’un suspens et d’une gravité exploités par tous pour apporter une dimension dramatique à l’ensemble. « La Visite » se trouve assombrie par un passage de Piano durant lequel Craig Taborn, en développant de subtils mouvements harmoniques, crée une rampe de lancement pour un poignant solo de Louis Sclavis, qui va retrouver la lumière à la force de son cri.



L’écriture résolument contemporaine offre ailleurs de multiples occasions d’apprécier la créativité des trois têtes chercheuses. Sur « Let It Drop », le bouilonnant Tom Rainey assure une toile de fond aux rythmes denses tandis que Craig Taborn et Louis Sclavis développent un thème sur la longueur, avant que le pianiste prenne un solo stupéfiant tout en notes bondissantes et dédoublées. A son écoute, on mesure le chemin parcouru depuis ses débuts au sein du quartet de James Carter. S’il était à l’époque un accompagnateur brillant, il est aujourd’hui un musicien incontournable au style unique. Sur le bien nommé « Lucioles », les myriades de notes du pianiste et du clarinettiste semblent voler les unes autours des autres. Etrange balai plein de grâce.

La musique du trio oscille toujours entre abstraction (comme sur le Free « Summer Worlds ») et titres plus formels (« Possibilities », « La Visite » ou le beau et émouvant « Eldorado »). Dans tous les cas, lyrisme et emportement se mêlent pour un résultat toujours captivant. Les trois musiciens prennent leur temps sans nous en faire perdre. Du début à la fin, cet album est captivant et happe l’auditeur dans un tourbillon de tendresse et de violence, de beauté acide et de rondeurs, d’ombres et de lumières. On en ressort un peu secoués, troublés, et avec une envie irrépressible de tout réécouter, pour retrouver l’ivresse de ces moments précieux où technicité et sophistication s’oublient, puisque seules la force et la beauté des idées musicales nous sautent aux oreilles.

Aucun commentaire: