30 mai 2010

Claudia Solal "Spoonbox" - "Room Service"


Claudia Solal : Voix
Jean-Charles Richard : Saxophones Soprano et Baryton
Benjamin Moussay : Piano & Claviers
Joe Quitzke : Batterie
+ Régis Huby : Violons




Claudia Solal et son groupe “Spoonbox” présentent avec l’album “Room Service” un projet original, coloré et parfaitement maîtrisé. Les canons exploités par les chanteuses de Jazz Vocal sur lesquelles les grandes maisons de disque capitalisent sont malheureusement devenus des freins à la créativité et à l’audace car ils tendent à homogénéiser l’approche musicale, la plupart du temps axée sur la recherche du joli. Le joli timbre, les jolies paroles, le joli phrasé, le joli accompagnement. C’est souvent agréable mais rarement touchant, car la forme est privilégiée au fond. Conséquence directe de l’importante médiatisation de tous ces « jolis petits grains de voix » : le terme de Jazz Vocal est galvaudé et me paraît réducteur.




Alors je dirai que « Room Service » est un magnifique disque de Jazz moderne composé d’histoires racontées par une chanteuse. Car les morceaux du disque sont des histoires. Des petites pièces théâtralisées pour lesquels les musiciens créent un décor, une ambiance. Dans ces décors, Claudia Solal évolue comme une actrice sur une scène, en tenant compte des contraintes matérielles, utilisant les meubles et accessoires pour alimenter son jeu. Elle exploite au mieux l’espace qui lui est concédé, avec une implication, dans l’interprétation tant musicale que théâtrale, qui confère à son chant présence et crédibilité, et donne à l’auditeur un indiscutable plaisir d’écoute.

On doit en grande partie la richesse des décors à Benjamin Moussay, superbe metteur en sons dont les claviers, acoustiques ou non, ne cessent de dessiner des toiles de fonds riches et subtiles. Saluons le gros travail de production qui permet à toutes les parties de claviers de se lier, de se fondre pour un résultat dont la profondeur de champ étonne.

La complicité du pianiste avec Jean-Charles Richard fait une fois de plus ses preuves et ce dernier illumine les petites histoires de ses interventions toujours à propos, entre chorus virevoltants et soutient rythmique efficace qui n’est pas sans rappeler, lorsque le saxophoniste soutient le thème au baryton, les parties de François Corneloup au sein de Ursus Minor. Sa présence indispensable apporte une deuxième voix au disque, qu’il mêle à celle de la chanteuse avec finesse et élégance.





Joe Quitzke amène à la musique la pulsation dont elle avait besoin. Appuyée dans ses phases rythmiques, légère et inspirée dans ses parties narratives. Les sons organiques des fûts et cymbales fusionnent avec des beats électroniques dont je ne saurai préciser la provenance (Joe Quitke ou Benjamin Moussay ???) mais qui sont utilisés avec intelligence et parcimonie. La batterie acoustique est ici des plus créatives et les frappes choisies contribuent à la singularité de l’ensemble.

Sur « Tara’s Room », Régis Huby vient prêter main forte au quartet et contribue à donner à ce titre un bel éclat et beaucoup de sensibilité.

« Room Service » pourrait être un grand livre à la reliure en cuir épais et aux lettres d’or. Un grand livre que l’on feuillette avec plaisir pour lire ou relire un conte et s’enivrer de sa magie. Un grand livre que l’on pourrait parcourir juste pour poser les yeux sur les illustrations, pleines de nuances. Un grand livre que l’on garde dans notre bibliothèque, car il y a sa place et l’on sait que d’autres en profiteront.

En mêlant musiques acoustique, électrique et électronique, en misant sur la complémentarité de quatre discours à fort caractère, en capitalisant sur la musicalité de chacun pour alimenter ce projet unique, Claudia Solal et son groupe « Spoonbox » réussissent à offrir au Jazz chanté de nouvelles lettres de noblesse.

Aucun commentaire: