06 avril 2010

Jean-Pierre Jullian Octet - "Opus Incertum On C..."


Régis Huby : Violon

Laurent Hoevenaers : Violoncelle

Thierry Madiot : Trombone

Guillaume Orti : Saxophone Alto, Percussions

Lionel Garcin : Saxophone Ténor

Stephan Oliva : Piano

Claude Tchamitchian : Contrebasse

Jean-Pierre Jullian : Batterie, Percussions



Je vous souhaite la bienvenue dans un monde ou l’égo de l’instrumentiste cède la place à l’engagement du musicien.

Projet mené à la plume et aux baguettes par Jean-Pierre Jullian, « Opus Incertum On C… » est une suite passionnante en deux mouvements interprétée par un Octet (Double Quartet, non ?) à propos duquel, si l’on me demandais mon avis, je ne tarirais pas d’éloges.

Le premier mouvement, très aérien, est entièrement interprété par les quatre instruments à cordes de l’Octet. Violon, Violoncelle, Contrebasse et Piano édifient une longue entrée en matière sous forme de « Jazz de Chambre » où timbres et discours se mêlent et s’emmêlent dans une conversation intimiste mais animée, pleine d’idées assumées exposées avec audace et écoutées avec respect.


Le « Second Quartet » fait son apparition pour le second mouvement, plus terrien, plus puissant. Les cordes conversent maintenant avec les Bois, Cuivres et Percussions. L’exploitation des ressources est ici optimale, les nouvelles voix contribuant à la profondeur du son plus qu’à la complexification de l’écriture. Les petites conversations individuelles du premier mouvement laissent place à un débat entre deux masses sonores distinctes, les protagonistes du premier mouvement alliant leurs voix pour répondre aux nouveaux arrivants. Ce second mouvement est également étayé par l’arrivée d’une rythmique (saluons l’entrée dans l’arène de Jean-Pierre Jullian), au profit de laquelle Stephan Oliva et Claude Tchamitchian sacrifient un peu de leur présence chez les cordes.

Tous les musiciens sont remarquables et nous emmènent sur une multitude de petits chemins sinueux. L’ensemble ayant l’intelligence du voulu et la fraîcheur de l’imprévu, on les y suit avec le sourire aux lèvres.

Un album en tous points remarquable.

Aucun commentaire: