07 avril 2010

Alexandra Grimal - "Seminare Vento"

Alexandra Grimal : Saxophones Soprano et Tenor

Giovanni Di Domenico : Piano

Manolo Cabras : Contrebasse

Joao Lobo : Batterie



On la sait active, intègre et passionnante. Elle s’était illustrée avec son premier album par une prise de risque qui force le respect. Combien d’artistes décident, pour leur premier effort, de sortir un album enregistré « Live » dans la rue des Lombards ? Comme si elle se jouait des conventions, comme si, après avoir beaucoup partagé, elle n’avait pas besoin de démontrer. C’est qu’elle a une sacré technique, Alexandra Grimal. Au Tenor comme au Soprano, la profondeur de sa sonorité, sa vélocité, l’articulation toujours intelligente de ses chorus et sa faculté à savoir s’entourer sont remarquables. « Shape » avait été enregistré en trio au Sunset avec une formation pas si confortable que ça (Saxophone, Orgue Hammond, Batterie), et était composé de morceaux aux formats soit longs, soit très courts excluant tout radio edit, donc toute médiatisation via les ondes. Pas de concessions, tant mieux pour nous.



Pour son second album, Alexandra Grimal revient avec un quartet plus traditionnel. Saxophones, Piano, Contrebasse, Batterie. Mais seule la formation pourra ici être qualifiée de « classique », car pour ce qui est de la musique, c’est une fois de plus hors des sentiers battus que la saxophoniste nous emmène.

La musique frappe d’emblée par sa légèreté. C’est une écoute impliquée et attentive qui permet d’apprécier pleinement la beauté de ces 10 compositions, toutes signées des membres du groupe. La fausse simplicité des thèmes et la subtilité des développements harmoniques révèlent une volonté de construire une œuvre qui se dévoile peu à peu. Chaque écoute ouvre quelques portes qui laissent entrevoir toute l’émotion contenue dans cette petite heure de musique. Alors on y revient, et à chaque fois on se laisse un peu plus happer.



Au-delà de l’écriture, l’interprétation des musiciens y est pour beaucoup. Quelle assurance ! La poudre aux yeux n’ayant pas été invitée au studio de La Buissonne lors de l’enregistrement, chaque note est choisie, réfléchie. Ce dépouillement, qui n’exclue pas quelques envolées consistantes, oblige les musiciens à rester sur un fil. Et tels quatre équilibristes, ils évoluent avec confiance à la limite de la brisure, délivrant peu de notes pour aller à l’essentiel.



La qualité de l’enregistrement, restituant toutes les nuances, apporte profondeur et reliefs à cette musique organique qui n’en manquait déjà pas. On profite donc pleinement des apports de chacun.

Giovanni Di Domenico, Manolo Cabras et Joao Lobo sont trois musiciens que je découvre avec joie sur ce disque. Ils entourent avec beaucoup de talent et de musicalité Alexandra Grimal, dont on pensait déjà beaucoup de bien que l’on n’est pas prêts de perdre de vue.



Aucun commentaire: