14 janvier 2010

Mederic Collignon Jus De Bocse – « Shangri Tunkashi-La »



Mederic Collignon : Cornet de poche, Fender Rhodes 88 notes, Voix, Percussions, Arrangements

Frank Woeste : Fender Rhodes 73 notes, effets, Voix

Fred Chiffoleau : Contrebasse, Basse, Voix

Philippe Gleize : Batterie, Voix

+ les 4 Cors : François Bonhomme, Nicolas Chedmail, Philippe Bord, Victor Michaud

+ The White Spirit Sisters Sisters : Voix



Pour leur deuxième album, Mederic Collignon et son Jus De Bocse rendent un hommage acide et inspiré à la période électrique de Miles Davis.

Comme nous l’avions souligné dans notre reporting du concert que ce même groupe avait donné au Duc Des Lombards pour célébrer le 50ème anniversaire de « Kind Of Blue », à aucun moment la musique de Miles n’est singée, caricaturée ou plagiée. Il s’agit d’un fil conducteur, d’un hommage, et surtout d’une sacré belle matière à pétrir, malaxer, triturer…

Comme le groupe de Miles à l’époque, les quatre membres du Jus De Bocse arrivent à évoluer à l’intérieur d’un triangle équilatéral dont les angles seraient le Jazz, Le Rock et la Funk.

L’esprit créatif et aventureux du premier, l’énergie du second et le groove du troisième.

La première écoute de cette bombe laisse une impression de densité, due au mix très rock (la rythmique est un peu en retrait et comble l’espace, les parties de Rhodes s’enchevêtrent jusqu’à créer une matière sonore protéïforme) et également à la multiplication de petits détails qui feront le bonheur des auditeurs qui prennent le temps de décortiquer tous les morceaux instrument par instrument… [Au fait, il vient d’où, ce son de banjo génial sur « Billy Preston » ???]

Le tout sonne très orchestral sans que jamais l’on ne s’éloigne de la souplesse et de l’interactivité d’une petite formation. Les interventions des Quatre Cors apportent une jolie consistance cuivrée et les voix des White Spirit Sisters (sur « It’s About That Time ») amènent une touche d’humour qui ne dépareille pas des autres morceaux tant l’album en est pourvu.



Idéalement agencé, avec une alternance de morceaux percutants (« Billy Preston », « Bitches Brew », «Interlude »…et aussi « Kashmir » de Led Zeppelin !) et de titres plus aériens (« Early Minor », « Mademoiselle Mabry »…), l’opus ne perd jamais en densité et l’on se régale à se laisser porter par un jeu collectif puissant et serré ainsi que par des interventions individuelles dynamiques et pertinentes.

On a donc affaire à une galette pleine de grooves orageux qui respirent le soleil, d’une respectueuse irrévérence. Miles pouvait-il espérer plus bel hommage ?

Pour ne rien gâcher, la pochette a été particulièrement soignée. C’est très beau à l’extérieur, beau et amusant à l’intérieur. Le disque lui-même est très classe.

Autant de bonnes raisons d’attendre en tapant du pied le 25 février pour aller vous procurer ce disque incontournable !

2010 commence bien !!!


PS : J'ai "emprunté" l'illustration sur le site d'Etienne Chaize : http://www.etiennechaize.com

Je le remercie pour ce prêt forcé!...

2 commentaires:

Ptilou a dit…

Excellent disque qui sonne !
Et grand plaisir de voir adaptés les thèmes de Miles.

Anonyme a dit…

Suis impatiente de les avoir!....En pré-commande sur Amazon.fr!
Ta maman....