08 novembre 2009

Sébastien Texier Trio - Don't Forget You're An Animal

Sébastien Texier : Saxophone Alto, Clarinette, Clarinette Alto
Claude Tchamitchian : Contrebasse
Sean Carpio : Batterie
Henri Texier : Contrebasse







Ca fait quelques temps que je me rends régulièrement sur la page Myspace de Sébastien Texier pour écouter « Lilian’s Tears », premier morceau de ce projet mis à notre disposition, petits chanceux que nous sommes.


On retrouve dans ce morceau l’univers que Sébastien Texier développe sur les morceaux doux des projets auxquels il a participé (notamment avec Henri Texier ou Christophe Marguet).


A la joie de retrouver ce grand musicien s’ajoute la surprise d’écouter un titre au dosage inhabituel, donc excitant. Beaucoup d’espace laissé aux contrebasses de Claude Tchamitchian et Henri Texier, dont les lignes complémentaires et les chorus inspirés séduisent et envoûtent. La batterie de Sean Carpio (jolie rencontre) soutenant les deux géants boisés avec légèreté et musicalité. Les interventions décisives de Sébastien Texier apportent un supplément d’âme grâce à un jeu simple au service d’une mélodie imparable.



Chef d’œuvre, donc, qui laissait présager du meilleur pour l’album.








Ca y est, le disque est enfin disponible, et je vous le recommande !

Le Trio (ou Quartet, pour 3 morceaux en compagnie d’Henri Texier) nous y raconte 10 belles histoires.

C’est que la force narrative de ces musiciens est impressionnante : écoutez, sur « Broken Worlds », comme Sean Carpio et Claude Tchamitchian endossent le rôle de mélodistes, et comme ils cheminent côte à côte, s’appuyant sur une hallucinante rythmique tenue par Sébastien Texier (Chapeau, d’ailleurs, l’exercice doit être fatiguant !!). Bel exemple de contre-emploi.

Sur « Don’t Forget You’re An Animal », les contrebasses interviennent de façon sporadique mais intense. Après une longue introduction sax/batterie, les deux contrebasses arrivent soudain en jouant deux parties de Walking Bass superposées, l’une grave et l’autre aigue. Puis elle disparaissent, et reviennent hanter ce titre singulier.


Ainsi, sur tous les titres, nous allons de surprise en surprise, que ce soit au niveau du fond ou de la forme. Structures originales, solos inspirés (le contraire aurait été étonnant) et surtout complémentarités des personnalités. Sébastien Texier et Claude Tchamitchian ont en commun une richesse de vocabulaire qui leur permet toutes les nuances, de la tendresse à la violence.

Chaque thème justifie l’acquisition de ce très bel album, qui permet à Sébastien Texier, quelques années après « Chimères », de confirmer son statut de leader.

Pourvu que « Lilian’s Tears » passe en boucle sur TSF !!

Aucun commentaire: