25 novembre 2009

Out Of The Blue - "Urban Setting"


Chloé Cailleton : Chant

Anne Morineau : Violon

François Ripoche : Saxophones, Flûtes, Samples, Claviers, Voix

Jean-Patrick Cosset : Wurlitzer, Space Echo, Fender Rhodes

Fred Chiffoleau : Contrebasse, Basse

WilfriedChevalier : Batterie



L’écoute de cet album a été pour moi jubilatoire, et ce pour deux raisons.

La première est que cela fait des années que je suis à la recherche d’un métissage réussi entre Jazz vocal organique et Electro.

Ce n’est pas ce qui manque, me direz-vous, mais je n’ai jamais trouvé (avant ce disque) de formule convaincante. Soit on nous sert des chefs d’œuvres remixés (Ella et Billie à la sauce Lounge, comme si elles avaient besoin d’un lifting), soit on tente de nous vendre des jeunes chanteuse avec un joli grain de voix sur fond de musique bidouillée insipide sous des appellations pompeuses (Electro-Jazz Divas, Smooth Jazzy Ladies et blablabla). Bref, il est évident que le Jazz et l’Electro peuvent faire bon ménage (E.S.T., L2W, Sayag Jazz Machine, Julien Lourau), mais dès que l’on met en avant une vocaliste, ça dérape.

Out Of The Blue vient donc combler ce vide et, ne serait-ce que pour ça, son écoute devient obligatoire.





Seconde raison de mon émoi : les qualités intrinsèques de l’album.

Excellent en tous points, musicalement réfléchi et abouti. Les musiciens du projet ont réussi le tour de force de conserver le côté « tournant » de l’Electro sans qu’à aucun moment la créativité et l’interaction ne soient sacrifiées. Les solos sont inspirés et pertinents (exit les saxs à grosse réverb indigestes !), Anne Morineau apporte une couleur bienvenue lors de ses interventions et la rythmique est à la fois très carrée (Belles lignes de basse de Frédéric Chiffoleau, batterie épousant les beats) et en constant mouvement (à l’image des claviers de Jean-Patrick Cosset).

Une très belle réussite musicale, donc.


Si l’instrumentation trouve son équilibre entre organique et électronique, danse et improvisation, Chloé Cailleton soude l’ensemble, magnifie les compositions et apporte un supplément d’âme qui fait chaud au cœur. Sa très jolie voix, l’originalité de son phrasé et sa capacité à vivre ses chansons, à les interpréter (au sens théâtral du terme) la placent illico parmi les chanteuses de Jazz-Mais-Pas-Que à suivre de très près.

Même si j’apprécie l’agréable compagnie des chanteuses de Jazz très médiatisées du moment (Robin McKelle, Melody Gardot, Stacy Kent, Madeleine Peyroux…), je dois avouer qu’à mon sens, Chloé Cailleton sort du lot en proposant quelque chose de vraiment nouveau.

Pour ne rien gâcher, la pochette de l’album est très réussie et représente très bien (à mon sens) la musique proposée. Moderne, colorée et fleurie.

Cet album est disponible à un prix tout à fait raisonnable sur le site d’un label décidément incontournable, Yolk.

Aucun commentaire: