27 juillet 2009

Daniel Humair, Bruno Chevillon et Tony Malaby au Sunside



Daniel Humair : Batterie
Bruno Chevillon : Contrebasse
Tony Malaby : Saxophone Tenor




Je peux difficilement cacher l’admiration que j’ai pour ces trois grands musiciens.

C’est donc excité comme une puce que je me suis rendu ce soir pluvieux du 27 Avril 2009 au Sunside.

Excité mais intrigué aussi.

Qu’allaient-ils donc nous proposer, eux qui n’ont à ce jour jamais enregistré tous les trois ensemble ? Des reprises de « Full Contact », Bruno Chevillon remplaçant Joachim Kühn ? Le répertoire de « Liberté Surveillée », sans Marc Ducret et Tony Malaby remplaçant Ellery Eskellin ? Peut être des compositions de chacun des musiciens ?

Et bien non. Rien de tout ça.
Ce qu’ils nous ont proposé ce soir là, c’est de voir ce qui se fait de mieux en matière de musique improvisée. Vraiment improvisée. Et sacrément bien improvisée.




2 sets.
5 Pièces.
3 maîtres au sommet de leur art.


Ecoute, communication, appels du pied, croques en jambe, courses poursuite, mise en danger, provocation, soutient, mélodie, abstraction, force, finesse, swing, groove, inventivité, relief, traitement du son en acoustique, folie…


Tout y est passé, dans une hallucinante succession de parties jouées façon « Very Hard Bop », de passages en suspension durant lesquelles ils se sont tout permis, y compris une phase des plus surprenantes : Bruno Chevillon, armé de deux archets, et Tony Malaby, tout en suraigus et souffle continu, se mettent tout à coup à travailler la matière, en créant une sorte de fond sonore quasiment électronique (et pourtant, pas de bidouillage !). Amusé par cette proposition, Daniel Humair démonte son Charleston et troque ses baguettes contre les cymbales du charley, martyrise un peu sa batterie, retourne sa caisse claire pour jouer directement avec le timbre, créant à son tour des sonorités nouvelles… Avant de repartir pour de nouvelles aventures, sans bride ni œillères…


Difficile de décrire les sensations que m’ont procurées toutes ces idées musicales travaillées à vif.

Ce soir là, j’ai eu du mal à trouver le sommeil. Et je ne m’en suis toujours pas remis.

Ayant eu l’occasion de discuter avec Daniel Humair quelques temps plus tard, nous avons apprit qu’un album était en projet avec cette formation.

C’est une bonne nouvelle pour nous, indubitablement, et aussi une bonne nouvelle pour le Jazz, car ce soir pluvieux au Sunside, Daniel Humair, Bruno Chevillon et Tony Malaby ont créé quelque chose de nouveau…

Vive le Jazz !
Encooooooore !!!!

Aucun commentaire: